Andiamo (alonzzi)

tmp_32175-DSCN44211777702801

Les balbutiements du voyage prennent petit à petit forme en passant cette nouvelle frontière. Nous sommes dès lors ni l’un ni l’autre dans notre pays. En Italie, nous roulons aux côtés des “petorettes”, sorte de minis camionnettes à trois roues, les chiens aboient et d’immenses portails en fer forgé se dressent devant les maisons. Pour moi, même l’odeur a quelque peu changé.
Nos journées prennent alors gentiment le rythme du voyage. Bien entendu, les cafés et les glaces en font désormais partis.
L’accueil que nous réserve les italiens est rempli de gentillesse et de maternité. Partout on nous demande ce que pensent nos parents de ce voyage, à quelle régularité nous leurs donnons des nouvelles (une fois par semaine, c’est évidemment pas suffisant).
Très rapidement nous arrivons à Venise. Après une courte visite, nous reprenons la route quelques jours pour faire ensuite une pause d’une semaine auprès de ma famille éloignée. J’ai eu beaucoup de plaisir à faire plus amplement leur connaissance et à en apprendre davantage sur leur vie.
Déjà, la frontière slovène approche et c’est après une dernière pizza couronnée d’une glace dégoulinante de saveurs que nous voilà prêt à quitter le pays des “O”, des “A” et des “I”.
Tim

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *